Islam, le triste tropisme de Claude Lévi-Strauss

211-levistrauss

Claude Lévi-Strauss est mort à l’âge de cent ans. Cet ethnologue, figure éminente du structuralisme très en vogue il y a quelques décennies, est unanimement vu comme un des derniers « grands » penseurs français (on peut présumer que Foucault, Bourdieu et Derrida sont les plus récents à l’avoir précédé dans cette lignée). Il a, comme de coutume, été unanimement loué à sa mort.

Son livre le plus connu auprès des profanes fût sans doute « Tristes tropiques » (1955). La lecture de quelques pages confirme que la perfection n’est pas de ce monde:

C’était surtout l’Islam dont la présence me tourmentait (…). Déjà l’Islam me déconcertait par une attitude envers l’histoire contradictoire à la nôtre et contradictoire en elle-même: le souci de fonder une tradition s’accompagnait d’un appétit destructeur de toutes les traditions antérieures. (…)

Dans les Hindous, je contemplais notre exotique image, renvoyée par ces frères indo-européens évolués sous un autre climat, au contact de civilisations différentes, mais dont les tentations intimes sont tellement identiques aux nôtres qu’à certaines périodes, comme l’époque 19000, elles remontent chez nous aussi en surface.

Rien de semblable à Agra, où règnent d’autres ombres: celles de la Perse médiévale, de l’Arabie savante, sous une forme que beaucoup jugent conventionnelle. Pourtant, je défie tout visiteur ayant encore gardé un peu de fraîcheur d’âme de ne pas se sentir bouleversé en franchissant, en même temps que l’enceinte du Taj, les distances et les âges, accédant de plain-pied à l’univers des Mille et une Nuits (…).

Pourquoi l’art musulman s’effondre-t-il si complètement dès qu’il cesse d’être à son apogée? Il passe sans transition du palais au bazar. N’est-ce pas une conséquence de la répudiation des images? L’artiste, privé de tout contact avec le réel, perpétue une convention tellement exsangue qu’elle ne peut être rajeunie ni fécondée. Elle est soutenue par l’or, ou elle s’écroule. (…)

Si l’on excepte les forts, les musulmans n’ont construit dans l’Inde que des temples et des tombes. Mais les forts étaient des palais habités, tandis que les tombes et les temples sont des palais inoccupés. On éprouve, ici encore, la difficulté pour l’Islam de penser la solitude. Pour lui, la vie est d’abord communauté, et le mort s’installe toujours dans le cadre d’une communauté, dépourvue de participants. (…)

N’est-ce pas l’image de la civilisation musulmane qui associe les raffinements les plus rares – palais de pierres précieuses, fontaines d’eau de rose, mets recouverts de feuilles d’or, tabac à fumer mêlé de perles pilées – servant de couverture à la rusticité des moeurs et à la bigoterie qui imprègne la pensée morale et religieuse? 

Sur le plan esthétique, le puritanisme islamique, renonçant à abolir la sensualité, s’est contenté de la réduire à ses formes mineures: parfums, dentelles, broderies et jardins. Sur le plan moral, on se heurte à la même équivoque d’une tolérance affichée en dépit d’un prosélytisme dont le caractère compulsif est évident. En fait, le contact des non-musulmans les angoisse. Leur genre de vie provincial se perpétue sous la menace d’autres genres de vie, plus libres et plus souples que le leur, et qui risquent de l’altérer par la seule contiguïté.

Plutôt que de parler de tolérance, il vaudrait mieux dire que cette tolérance, dans la mesure où elle existe, est une perpétuelle victoire sur eux-mêmes. En la préconisant, le Prophète les a placés dans une situation de crise permanente, qui résulte de la contradiction entre la portée universelle de la révélation et de la pluralité des fois religieuses. Il y a là une situation paradoxale au sens « pavlovien », génératrice d’anxiété d’une part et de complaisance en soi-même de l’autre, puisqu’on se croit capable, grâce à l’Islam, de surmonter un pareil conflit. En vain d’ailleurs: comme le remarquait un jour devant moi un philosophe indien, les musulmans tirent vanité de ce qu’ils professent la valeur universelle de grand principes – liberté, égalité, tolérance – et ils révoquent le crédit à quoi ils prétendent en affirmant du même jet qu’ils sont les seuls à les pratiquer.

Un jour à Karachi, je me trouvais en compagnie de Sages musulmans, universitaires ou religieux. A les entendre la supériorité de leur système, j’étais frappé de constater avec quelle insistance ils revenaient à un seul argument: sa simplicité. (…) Tout l’Islam semble être, en effet, une méthode pour développer dans l’esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d’une très grande (mais trop grande) simplicité. D’une main on les précipite, de l’autre on les retient au bord de l’abîme. Vous inquiétez-vous de la vertu de vos épouses ou de vos filles pendant que vous êtes en campagne? Rien de plus simple, voilez-les et cloîtrez-les. C’est ainsi qu’on en arrive au burkah moderne, semblable à un appareil orthopédique (…).

Chez les Musulmans, manger avec les doigts devient un système: nul ne saisit l’os de la viande pour en ronger la chair. De la seule main utilisable (la gauche étant impure, parce que réservée aux ablutions intimes) on pétrit, on arrache les lambeaux et quand on a soif, la main graisseuse empoigne le verre. En observant ces manières de table qui valent bien les autres, mais qui du point de vue occidental, semblent faire ostentation de sans-gêne, on se demande jusqu’à quel point la coutume, plutôt que vestige archaïque, ne résulte pas d’une réforme voulue par le Prophète – « ne faites pas comme les autres peuples, qui mangent avec un couteau » – inspiré par le même souci, inconscient sans doute, d’infantilisation systématique, d’imposition homosexuelle de la communauté par la promiscuité qui ressort des rituels de propreté après le repas, quand tout le monde se lave les mains, se gargarise, éructe et crache dans la même cuvette, mettant en commun, dans une indifférence terriblement autiste, la même peur de l’impureté associée au même exhibitionnisme. (…)

[S]i un corps de garde pouvait être religieux, l’Islam paraîtrait sa religion idéale: stricte observance du règlement (prières cinq fois par jour, chacune exigeant cinquante génuflexions [sic]); revues de détail et soins de propreté (les ablutions rituelles); promiscuité masculine dans la vie spirituelle comme dans l’accomplissement des fonctions religieuses; et pas de femmes.

Ces anxieux sont aussi des hommes d’action; pris entre des sentiments incompatibles, ils compensent l’infériorité qu’ils ressentent par des formes traditionnelles de sublimations qu’on associe depuis toujours à l’âme arabe: jalousie, fierté, héroïsme. Mais cette volonté d’être entre soi, cet esprit de clocher allié à un déracinement chronique (…) qui sont à l’origine de la formation du Pakistan (…). C’est un fait social actuel, et qui doit être interprété comme tel: drame de conscience collectif qui a contraint des millions d’individus à un choix irrévocable (…) pour rester entre musulmans, et parce que qu’ils ne se sentent à l’aise qu’entre musulmans.

Grande religion qui se fonde moins sur l’évidence d’une révélation que sur l’impuissance à nouer des liens au-dehors. En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l’intolérance musulmane adopte une forme insconsciente chez ceux qui s’en rendent coupables; car s’ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c’est plus grave) incapables de supporter l’existence d’autrui comme autrui. Le seul moyen pour eux de se mettre à l’abri du doute et de l’humiliation consiste dans une « néantisation » d’autrui, considéré comme témoin d’une autre foi et d’une autre conduite. La fraternité islamique est la converse d’une exclusive contre les infidèles qui ne peut pas s’avouer, puisque, en se reconnaissant comme telle, elle équivaudrait à les reconnaître eux-mêmes comme existants.

(…) Ce malaise ressenti au voisinage de l’Islam, je n’en connais que trop les raisons: je retrouve en lui l’univers d’où je viens; l’Islam, c’est l’Occident de l’Orient. Plus précisément encore, il m’a fallu rencontrer l’Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd’hui la pensée française. Je pardonne mal au premier de me présenter notre image, de m’obliger à constater combien la France est en train de devenir musulmane. (…) Si, pourtant, une France de quarante-cinq millions d’habitants s’ouvrait largement sur la base de l’égalité des droits, pour admettre vingt-cinq millions de citoyens musulmans, même en grande proportion illettrés, elle n’entreprendrait pas une démarche plus audacieuse que celle à quoi l’Amérique dut de ne pas rester une petite province du monde anglo-saxon. (…) [I]ls firent et gagnèrent un pari dont l’enjeu est aussi grave que celui que nous refusons de risquer.

Le pourrons-nous jamais? En s’ajoutant, deux forces régressives voient-elles leur direction s’inverser? (…) [I]ci, à Taxila, dans ces monastères bouddhistes que l’influence grecque a fait bourgeonner de statues, je suis confronté à cette chance fugitive qu’eut notre Ancien Monde de rester un; la scission n’est pas encore accomplie. Un autre destin est possible, celui, précisément, que l’Islam interdit en dressant sa barrière entre un Occident et un Orient qui, sans lui, n’auraient peut-être pas perdu leur attachement au sol commun où ils plongent leurs racines. (…)

[C]‘est l’autre malheur de la conscience occidentale que le christianisme (…) soit apparu « avant la lettre » – trop tôt (…): terme moyen d’une série destinée par sa logique interne, par la géorgaphie et l’histoire, à se développer dorénavant dans le sens de l’Islam; puisque ce dernier – les musulmans triomphent sur ce point – représente la forme la plus évoluée de la pensée religieuse sans pour autant être la meilleure; je dirais même en étant pour cette raison la plus inquiétante des trois [bouddhisme, christianisme et islam]. (…)

Aujourd’hui, c’est par-dessus l’Islam que je contemple l’Inde; mais celle de Bouddha, avant Mahomet qui, pour moi européen et parce que européen, se dresse entre notre réflexion et des doctrines qui en sont les plus proches comme le rustique empêcheur d’une ronde où les mains prédestinées à se joindre, de l’Orient et de l’Occident ont été par lui désunies. Quelle erreur allais-je commettre, à la suite de ces musulmans qui se proclament chrétiens et occidentaux et placent à leur Orient la frontière entre les deux mondes! (…) L’évolution rationnelle est à l’inverse de celle de l’histoire: l’Islam a coupé en deux un monde plus civilisé. Ce qui lui paraît actuel relève d’une époque révolue, il vit dans un décalage millénaire. Il a su accomplir une oeuvre révolutionnaire; mais comme celle-ci s’appliquait à une fraction attardée de l’humanité, en ensemençant le réel il a stérilisé le virtuel: il a déterminé un progrès qui est l’envers d’un projet. (Tristes tropiques, Presses Pocket, Paris, 2007, pp. 475-490)

About these ads

67 Réponses

  1. s’il est vrais que la modération est une grande vertu, le moins que l’on puisse en dire est que cet  »islam » est une religion qui  » n’a jamais cessé de susciter les passions »… aussi bien chez ses adeptes que chez les  »spécialistes » ! il ne l’aurait pas nié de son vivant…!

    toutefois, soyons  »modernes et modérés » et osons une question modeste; est ce que cet  »éminent anthropologue » de l’occident moderne, impérialiste et colonial qui lui a tout donné, les distinctions, les décorations, les titres  »Honoris Causa » des plus  »prestigieuses » universités mondiales, à réellement pu étudier les société musulmanes, leur cultures ou leur histoire, leur religion.. aussi nombreuses qu’elles sont ? avant de se prononcer dans la plus pure tradition  »moraliste »… et pathétique…?! pas certain et loin d’être sûr en tous cas… car il peut se vanter d’avoir unifié les musulmans, pour une fois !

    autre fait ironique dans cette  »disparition historique », c’est qu’il  »ne meurt plus de savants » musulmans… pratiquement… en cette époque ! sauf bien sûr les  »intégristes » ou les  »oulémas du sultan » ! des  »mediocritis causa » pour employer la bonne terminologie… mais on pourra toujours se receuillir sur  »Malek Chebel » pour ses ecrits érotiques… et pour avoir pu au moins démystifier les mille et une nuits !

    il nous reste donc à souhaiter à feu  »son éminence » Claude Lévi Strauss, du repos…! sauf qu’on peut rien lui garantir… autant qu’a nos savant !

    wa la hawla wa la kouwata ila billah !

  2. Si ces réflexions émanent d’un homme qui « est unanimement vu comme un des derniers “grands” penseurs français » alors que dire du reste???… C’est d’une superficialité!

  3. Retenir une page de l’œuvre immense de ce penseur et la sortir le jour de sa mort, est d’une honnêteté intellectuelle exemplaire! Stupéfiant……pour ne pas reprendre un au autre qualificatif de la même racine.

  4. Faut aussi admettre que ceux que nous (Musulmans) considérons comme grands penseurs disent bien pire des autres.

    Nous sommes en mal d’introspection. Donner des leçons est plutôt un luxe a ce stade.

  5. Dans l’obscurité de sa tombe, il saura, avec retard, la vérité suprême de l’islam !!

  6. Sur l’islam, il a tenu des propos encore plus ignobles à la fin de sa vie(*), que je tairai par respect pour le défunt…
    Il n’empêche, non seulement c’est un des très grand penseur français, le grand père des « French theory en fait , sans lui, il n’y aurait pas de Barthes, Foucault, Deleuze, Lacan, Bourdieu …, mais son œuvre a été, comme l’explique Bourdieu, un manifeste pratique d’antiracisme sans aucune espèce de pathos(d’une grande intelligence et qui n’a rien de pleurnichard !) : http://www.youtube.com/watch?v=_1_SjJ-rB_I&feature=related

    Comme quoi personne n’est à l’abri de dire des conneries !

    (*) les pages douteuses sont même récupérées par les « identitaires » qui veulent faire de lui , un des leurs !

  7. « l’Islam a coupé en deux un monde plus civilisé. Ce qui lui paraît actuel relève d’une époque révolue, il vit dans un décalage millénaire. Il a su accomplir une oeuvre révolutionnaire; mais comme celle-ci s’appliquait à une fraction attardée de l’humanité, en ensemençant le réel il a stérilisé le virtuel: il a déterminé un progrès qui est l’envers d’un projet »

    En lisant ce passage j’ai l’impression que Feu M. Claude Lévi-Strauss a perdu une partie de ces cent ans pour comprendre un peu l’islamisme, le bouddhisme et le christianisme. Mais Il est très loin d’avoir les outils nécessaire pour comprendre c’est quoi l’islam.

  8. Il n’a pas probablement étudié des musulmans que les proto talibans qu’il a du croisé au Pakistan pour juger ainsi d’une religion aussi vaste que l’islam.

  9. N’oublions pas que comme il le précise, ses réflexions sur l’Islam (1955) lui viennent de ses contacts en Inde, en guerre avec le musulman Pakistan… Un terrain difficile pour se faire une idée positive de l’Islam (si tenté qu’il faille avoir une idée positive de l’Islam ou de toute autre religion… Par ailleurs, l’anthropologie des autres sociétés est traversée par un conservatisme certain, ce que semblent oublier les hagiographes illettrés des hommages qui pleuvent ce matin.

  10. Dès l’on commence à parler d’islam un grand personnage peut perdre toute sa rationalité pour plongé dans des clichés populiste et simpliste à la TF1.
    La plus part des idées qui l’a essayé de coller à l’Islam et d’en faire une spécificité de cette religion sont facilement réfutables et enlève tout le mérite qu’on peut porter à un tel personnage :

    1- En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l’intolérance musulmane … ils sont pourtant (et c’est plus grave) incapables de supporter l’existence d’autrui comme autrui … La fraternité islamique est la converse d’une exclusive contre les infidèles qui ne peut pas s’avouer.
    Au moment de l’écriture de ces lignes les blancs américains n’avaient encore pas accepté le simple fait de partager un bus avec les noirs pourtant chrétiens de longue date.
    C’est d’une impartialité et fausseté incroyables le fait d’essayé de coller cette étiquette d’intolérance à l’islam. Y’a-t-il une intolérance supérieure à celle de refuser l’autre rien que pou rla couleur de sa peau ?
    2- Ce sentiment de supériorité judéo-grec (terme si cher aux penseurs juifs d’Europe) semble être facteur commun chez les penseurs européens. La civilisation et le progrès ne peuvent exister que dans/à partir de l’Europe : [I]ci, à Taxila, dans ces monastères bouddhistes que l’influence grecque a fait bourgeonner de statues.
    De quelle influence parle t il dans ce passage ? C’est plutôt fantaisiste de prétendre une telle influence !
    3- Si être grand anthropologue c’est prendre l’exemple de bédouins pakistanais et le généraliser à toute une religion alors …

  11. Il est difficile de se regarder en un miroir quui revoie un reflet si précis et malgré tt aimable .relisez le c’est savoureux!!!

  12. @lixy ça nous ne empêche pas pourtant d’être critique vis à vis des deux …

  13. Bonjour,

    Vous avez tout a fait raison de reprocher à Lévi-Strauss les cliché anti-musulman dont les passages que vous citez sont remplis, et qu’un ethnologue n’aurait jamais dû s’autoriser. Certaines citations sont vraiment scandaleuses. Mais il me semble que vous noircissez parfois un peu trop l’adversaire. Je voudrais le défendre sur trois points. Sur trois seulement, pas sur le reste, on est bien d’accord.

    D’abord, vous passez en gras les pires expressions, alors qu’elles sont parfois atténuées par C. L-S. Je réécrit l’un des passages, autrement accentué : « quand on a soif, la main graisseuse empoigne le verre. En observant ces manières de table qui valent bien les autres, mais qui du point de vue occidental, semblent faire ostentation de sans-gêne ». C. L-S est donc moins hostile que ne le laisse voire le procédé de soulignement que vous utilisez.

    Ensuite, il me semble que vous commettez un anachronisme en interprétant comme xénophobe l’idée de C. L-S que la France « devient musulmane ». A lire le passage que vous avez sélectionné, on dirait du LePen. Mais la suite montre que ce qu’il veut dire, c’est que les idées dominantes en France métropolitaine, à l’époque blanche et non musulmane (en tout cas quand on habitait les beaux quartiers), les idées des français, donc, comportent le même défaut, selon lui, que celui qu’il trouve à l’islam. Je cite un extrait de la même page que vous :  » Chez les musulmans comme chez nous, j’observe la même attitude livresque, le même esprit utopique (…) Comme l’Islam est resté figé dans sa contemplation d’une société qui fût réelle il y a sept siècles (…), nous n’arrivons plus à penser hors des cadres d’une époque révolue depuis un siècle et demi… » Dans cette citation, L-S a tort et sur l’Islam, et sur la France d’alors. Mais il n’insulte pas plus l’un que l’autre.

    Enfin, plus grave, vous lisez un argument anti-colonialiste comme un argument colonialiste. Plus exactement, un argument en faveur de l’émancipation des peuples colonisés comme un argument xénophobe. Malgré tous ses préjugés, qui sont aussi des préjugés anti-pauvres, C. L-S milite, en 1955, pour que les Algériens (et les Marocains et Tunisiens?) aient les même droits que les français métropolitains. Ce qu’il dit, c’est qu’ouvrir aux habitants d’Afrique du Nord les même droits qu’aux colons serait une réalisation historique aussi grandiose que celle qui fonda la puissance des USA : « Quand les citoyens de la Nouvelle-Angleterre décidèrent il y a un siècle d’autoriser l’immigration provenant des régions les plus arriérées de l’Europe, et de souches sociales les plus déshéritées, et de se laisser submerger par cette vague, ils firent et gagnèrent un pari dont l’enjeu était aussi grave que celui que nous nous refusons de risquer. » Donc, a une époque où la décolonisation n’a pas encore eue lieu, L-S dit : allons-y, égalité des droits pour tous les habitants des colonies françaises. Et il le dit malgré son anti-islamisme. Contre ses préjugés. Il faut aussi lui savoir gré de combattre ses mauvais penchants.

  14. @politis : ça change un peu de tout les éloges qu’on va entendre partout à la gloire de ce personnage.
    En plus, en quoi est malhonnête le fait de sortir de telle pages après sa mort ,après tout ça fait partie de son (œuvre)?

  15. Bon, je l’ai survolé,en relisant les pages sur l’ignorance des masses que je suppose magrhebines , nous renvoie à l’aspect positif de la colonisation française qui a ,elle ,détruite en Algérie les bases de la brillante civilisation arabo -musulmane d’Afrique du Nord pour le reste le regard sur l’essence de la Civilisation Islamique est loin d’être faux c’est un regard ,un ensemble de sensations que l’on peut éprouver de Tanger à Kuala- lampur en passant par Istanbul.Cette irrésistible imcompréhension de L’Orient de L’Occident

  16. Voyez aussi ce passage http://tinyurl.com/yg7k4y3

  17. P.S. Je ne sais pas utiliser les balises; je réécrit donc ma premire citation défendant (un peu) Lévi-Strauss avec des majuscules : “quand on a soif, la main graisseuse empoigne le verre. En observant ces manières de table QUI VALENT BIEN LES AUTRES, mais qui du point de vue occidental, SEMBLENT faire ostentation de sans-gêne”.

  18. @maroc_un: « ça nous ne empêche pas pourtant d’être critique vis à vis des deux »

    Heureusement pas. Mais il y a un certain ordre de priorités dans l’histoire.

    Le problème, c’est que l’ont ne critiquent pas souvent nos grands penseurs parce qu’ils rentrent dans la case sacrés. En plus, on a toujours des lois punissant le blasphème et autres conneries. Et ça, a mon humble avis, et bien plus grave que l’avis d’un individu, aussi philosophe qu’il soit.

  19. Franchement, vous me faites marrer… enfin, ceux qui s’offusquent de cette page. Les « grands penseurs » ne sont pas prémunis contre les préjugés, et il se trouve dans son cas, que son discours expose moins des préjugés qu’il ne relate une expérience singulière (si j’ai bien compris, il parle surtout des musulmans d’Inde et/ou d’Asie) à partir de laquelle il a tiré des généralités. Concernant un « scientifique », ce phénomène est plus que naturel, il s’agit de rien moins qu’un défaut professionnel. Quand vous croisez un médecin, ce qu’il notera chez vous, au premier abord, c’est votre mauvaise mine, pas votre éminente intelligence – OK, je schématise… Lui, quand il rencontre des gens, il théorise et en tire des conclusions sur le plan anthropologique. Cela dit, il le fait dans le cadre d’un récit autobiographique, un témoignage qui a plus de valeur littéraire que scientifique. Il faut rappeler que « Tristes tropiques » a été publié dans la collection « Terre humaine », dont la ligne éditoriale est littéraire. Par conséquent, dans ce passage, c’est l’homme qui parle, pas le scientifique, et on ne peut donc infirmer sa pensée, toute la philosophie qu’il a développée sur 50 ans, par ces quelques pages qui témoignent de l’incompréhension d’un occidental lambda, aussi cultivé et éclairé soit-il, vis-à-vis des moeurs orientales (d’une certaine époque, dans un certain pays, dans un milieu précis). Je suis donc d’accord avec Politis, c’est très malhonnête de nous ressortir trois pages sur l’Islam pour disqualifier un anthropologue donc l’œuvre comporte plusieurs dizaines d’ouvrages et d’articles. D’autant plus que, pour autant que je sache, ces pages n’ont pas été récupérées par des racistes ou des militants d’extrême-droite pour alimenter leur islamophobie. Ces pages ne font pas autorité et Lévi-Strauss, pour autant que je sache, n’est pas présenté comme un expert de l’Islam, donc pourquoi les ressortir ? Pour dire qu’une fois de plus les méchants français colonialistes font preuve d’injustice à l’égard de l’Islam ? Dans un commentaire, j’ai noté le mot « superficialité » : parmi tous les gentils musulmans tolérants qui viennent de descendre Lévi-Strauss dans ces commentaires, combien connaissent intimement, profondément, les autres religions et idéologies ? Et pourtant, vous n’en avez pas moins un avis sur elles, qui repose sur des a priori, quelques lectures et/ou la connaissance de personnes adeptes de ces autres croyances ou systèmes de pensée. Peu importe que cet avis soit positif ou négatif, il sera de toute façon tronqué, réducteur et peu fidèle à la réalité. Il y a peut-être, parmi vous, des personnes qui croient que les anarchistes sont des poseurs de bombes et que les allemandes ne se rasent pas les jambes. C’est pas grave, me direz-vous, vous n’écrivez pas de livres… sauf que vous laissez des commentaires sur Internet et que vous pouvez très bien transmettre vos préjugés à vos interlocuteurs lors de vos conversations quotidiennes. Certains de vos propos ne seront même étayés par aucune observation… contrairement à Lévi-Strauss, qui a au moins le mérite et l’honnêteté, même s’il prétend en tirer une vérité générale, de situer les conditions d’émergence de son discours.

  20. Un article sur Marianne dans le même esprit que ton billet :

    http://www.marianne2.fr/Levi-Strauss-sans-formol_a182655.html

    Ceci étant « nessetahlo keter » (on mérite plus que ça) !!!! L’état lamentable dans lequel on se retrouve fait que n’importe qui pour ouvrir sa bouche pour nous critiquer a tort ou a raison. Quelle place accordons nous au savoir ? Ou sont nos savants ?

  21. Vu ce matin sur le portail suisse Pnyx.com, un hommage surprenant au grand homme : sous la forme d’un sondage !

    Merci, Monsieur Lévi-Strauss ! Si je ne pouvais emporter qu’une seule de vos idées …

    « On ne peut rien comprendre ou juger que grâce à la mémoire »,

    « Je hais les voyages et les explorateurs »,

    « L’homme est un être vivant »,

    « Pas plus que l’ordre du monde, l’ordre social ne se plie aux exigences de la pensée »

    « Seule la musique permet l’union du sensible à l’intelligence »,

    « Il ne peut exister un hiatus complet entre la pensée et la vie »,

    « L’humanité … /… s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave ».

    Pour voir le détail, aller à : http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/403 , avec, pour chacune de ces « idées », un extrait des citations dans leur contexte, permettant d’embrasser la portée de ces réflexions.

  22. N’est-ce pas C-L-S qui pourfondait  »l’illusion iductive »??

  23. Et que ne devrions nous pas ajouter à ce survol pour que le propos devienne un véritable réquisitoire à meme d’etre utile à ceux que la critique aiderait à faire un pas en avant . Ces extraits ne sont d’ailleurs pas les plus pertinents ….

  24. [...] Islam, le triste tropisme de Claude Lévi-Strauss « Ibn Kafka's obiter dicta – divagations d'un j… ibnkafkasobiterdicta.wordpress.com/2009/11/04/islam-le-triste-tropisme-de-claude-levi-strauss – view page – cached + Well done, @arabist . Btw, congrats on your contribution to a book I just saw on Morocco's intelligence services 10 hours ago + Issandr is very good on deflecting the blog hype (hype as in… Read more+ Well done, @arabist . Btw, congrats on your contribution to a book I just saw on Morocco's intelligence services 10 hours ago + Issandr is very good on deflecting the blog hype (hype as in blogs-will-forever-change the world-as-we-know-it) 10 hours ago + Am watching The Arabist (Issandr el Amrani) live on Al Jazeera International, on freedom of expression in Morocco 11 hours ago + New post: Mme Clinton souligne l’importance des réformes initiées au Maroc sous la conduite de SM le Roi http://bit.ly/Yccbh 12 hours ago + RT @monaeltahawy Algerian diplomat to head UN inquiry into bloody crackdown on protestors in Guinea http://tinyurl.com/ybh3l78 3 days ago * Archives + novembre 2009 + octobre 2009 + septembre 2009 + août 2009 + juillet 2009 + juin 2009 + mai 2009 + avril 2009 + mars 2009 + février 2009 + janvier 2009 + décembre 2008 + novembre 2008 + octobre 2008 + septembre 2008 + août 2008 + juillet 2008 + juin 2008 + mai 2008 + avril 2008 + mars 2008 Read less [...]

  25. moi, personnellement, je ne suis qu’à l’écoute d’un seul grand savant : »lixy » !!!
    et chaque fois qu’il s’agit du Maroc ou de l’ISLAM, notre grand « lixy » sort des réflexions jamais égalées qu’on devrait précieusement conserver pour les inscrire sur sa tombe, le moment venu afin de faciliter le travail de 3azraël…
    ceci dit, et pour ce qui concerne l’objet de l’article, je ne suis jamais étonné de la position ant-islamique d’un grand penseur de renommée, particulièrement français,
    en effet aurait-il eu autant de notoriété et d’encensement s’il avait grorifié l’ISLAM ??

  26. Est-il l’inventeur des jeans Levi Strauss ?

    Il parait que les premiers jeans Levi Strauss ont été fabriqués avec du denim, coton fabriqué dans le sud de la France, plus précisent à Nîmes…

    Post-scriptum…

  27. Il y a une grande part de vérité dans ce qu’il a écrit. Pourquoi refuser la critique d’un étranger ? Il faut accepter de se voir tels que nous sommes en terre d’islam…
    Mais sommes-nous prêts à accepter nos travers et notre médiocrité ?
    Pour vous, nous sommes les meilleurs sur tous les plans!

  28. @OrangeOrange,
    j’aurais volontiers participé au sondage, mais j’en ai ma claque de tous ces sites qui demandent d’adhérer au club pour pouvoir y exprimer son opinion.

  29. @Sly, franchement, est ce que c’est pas plutôt les nouvelles réalités du monde qui nous rattrapent sur ce coup là ! car la question n’est pas de juger ou pas Lévi Strauss sur la base de ces quelques lignes qui dénotent d’un profond malaise face à certaines réalités dites de  »l’islam »… ses croyances, ses cultures…etc., et sans porter de jugement sur la personnalité de l’auteur… (et d’ailleurs en quoi cela peut-être si utile aujourd’hui!). la question qui dérange est à mon avis plutôt celle de trouver en permanence et de plus en plus; matière à associer des intellectuels, l’intelligentsia comme on dit, et pratiquement tout ce que compte cet occident comme  »élites », avec cet espèce de front uni contre  »l’islam » ou plutôt contre ses  »intérêts » aussi légitimes qu’ils puissent être. nous pousser à prendre fait et acte dans cette  »confrontation » idéologique… religieuse ou on ne sait plus quoi, et de là, garantir un échec certain à toute idée de dialogue, de débat… comme celui qui fait rage en ce moment en Europe et en France en particulier, vis à vis de l’immigration, et la présence de l’islam.

    S’il existe à la base de véritables déséquilibres sur le plan éthique; ceux de nature politique, libérale, sociale dans toutes les démocraties  »occidentales » sensées donner l’exemple… il est frappant de constater ce rejet singulier, unanime et non avoué de  »l’islam » sous prétexte  »islamiste » dans les sphères intellectuelles ayant gracieusement validé le discours politique de l’ère Bush et étant parfaitement intégrées dans les structures et réseaux étatiques d’où émanent ces déséquilibres et ces problèmes éthiques… et bien d’autres dérapages plus graves ! historiquement, la première croisade moderne intellectuelle contre l’islam n’a jamais eu lieu même au temps de l’indépendance des pays arabes et l’officialisation de leur revendications nationalistes et ceux pour la Palestine, mais la confrontation idéologique et politique à dû intégrer la religion pour des raisons  »pratiques » et n’a cessé d’évoluer. au départ guerroyante et militante du côté arabe, stratégique du côté occidental, et au final globale et culturelle ayant largement favorisé le plus fort ! la situation du monde arabo musulman et palestiniene ayant empiré, tout autant que celle du tiers monde en général, on a vu l’apparition de ce front occidental ou se sont avancées des élites intellectuelles et autres, tels des soldats, disposant de moyens imposants pour défendre la ‘’planète’’ judéo chrétienne démocratique, d’une menace réelle qui serait l’islam rétrograde…se servant d’acquis et d’enjeux démocratiques réels pour défendre tout bonnement le pôle ultra libéral, celui des purs enjeux économiques, la haute finance, l’industrie, et les réseaux étroits qui les relient aux hautes sphères politiques… ou figurent pourtant des dignitaires  »musulmans » valant leur pesant d’or en tête du palmarès, face à un islam des faibles ayant démographiquement et géographiquement épousé les causes sociales et humaines des plus déshérités, et constituant un dernier rempart mental face à tant de mépris !

    Effectivement, si on met de côté les préjugés, et si on se fie aux réalités aujourd’hui; on ne peut que constater l’énorme fossé qui sépare l’occident démocratique ou son essence qui à séduit le monde entier, et celui qui aujourd’hui se développe (et se transmet) dans des systèmes économiques et étatiques qui n’ont rien à avoir avec l’idée de la démocratie ni l’idéal judéo chrétien d’ailleurs! ne serait-il pas cohérent de dire que ces systèmes ont compris très tôt que les élites, ça se fabrique et ça se produit en série pour la postériorité ? des intellectuels de pointe sur mesure, une intelligentsia n’ayant plus aucune contrainte d’ordre moral ou éthique face à 90% de la misère des autres, et même une palette de scientifiques subventionnés à vie pour la cause ! que représente donc cet islam insignifiant et précaire face à la machine de la modernité ? à moins d’être brandit comme argument de justice par les faibles et les déshérités qui sont de plus en plus nombreux à vouloir s’installer chez nous, et peut être nous bouffer vivants…! Le menace réelle n’étant nullement l’islam, mais l’étendue démographique qu’il représente et ses revendications sociales je crois…principalement la justice sociale et la légalité internationale par rapport à la Palestine ! Il n’y a qu’à voir l’état du tiers monde musulman pour le comprendre, et dommage que Claude Lévi Strauss n’ai pas eu le courage de le souligner à temps ! disons le tel quel !

     »l’islam serait en pleine conquête du monde, et son but ultime serait d’asservir les population et les états libres, et y introduire des valeurs rétrogrades ! » Une vision partagée entre l’intelligentsia occidentale de nos jours et le salafisme fondamentaliste et intégriste musulman ! une vision qui n’a en fait que faire de la réalité et du quotidien des gens qui pourtant ont grandement évolué et se côtoient sur cette planète, peu importe leur religion, islam inclus… ce dernier n’étant pas plus différend qu’un autre  »culte » qui se pratique ou se revendique culturellement parlant !

    pour ce qui est de l’islamisme violent… on a donc pas besoin d’évoquer ce chapitre… tellement sa courte histoire parle d’elle même, et fournit la preuve criante de tout ce pourquoi des  »démocrates » musulmans et non musulmans devraient se battre.

    amicalement !

  30. @rana,
    l’enregistrement est effectivement un moyen de pondération et de gestion de la libre expression.

    Dans le cas de Pnyx, il y a en plus une volonté de rigueur quant à la pertinence des statistiques de votes et donc le besoin de quelques éléments de ‘qualification’ et surtout d’éviter des votes fantaisistes.

  31. Un juif éduqué dans le racisme talmudique qui propage la haine de l’autre…
    Tient donc, comme c’est « surprenant » !
    Et dire que cet ignorant est considéré comme un savant.
    Quel plaisenterie.

    Il faut aussi dire que en 1955, Dubai n’était que du sable.
    Aujourd’hui, c’est la ville la plus riche au monde.
    Un prince de Dubai, il peut acheter le louvre si il veut.
    Toute la civilisation francaise ressemble à un village de paysans comparée aux monarchies pétroliéres du Golf Persique que les occidentaux jalousent tellement.

    Dérriére toute cette haine de l’Islam, il y a le complex d’inférieurité de l’occident décadent qui n’a pas le courage de faire face à ses problémes et qui cherche un bouc émissaire comme il l’a toujours fait dans le passé avant même qu’il y ai des musulmans en occident.

    Lisez « Les Juifs et leurs Mensonges » de Martin Luther et vous comprendrez ce que je veux dire.

  32. Alors j’attendais juste qu’on parle des origines juives de ClS pour commencer à m’énerver un peu. De même, traiter d’ignorant ce type-là, sous ce prétexte qui plus est, me semble léger. Très léger. Si l’on regarde les connaissances et les préjugés occidentaux sur les indigènes d’Amérique du Sud, par exemple, qu’il a traité en savant au contraire de l’islam, on ne peut que reconnaître la pertinence de son travail. Et ne parlons pas de ses analyses des mythes.
    Avec ses défauts, LS a été un incroyable passeur de culture. Entre l’avant et l’après guerre, entre autre grâce à lui, la vision des autres de l’occident a profondément changé.
    Après on pourra toujours lui reprocher l’un ou l’autre point de détail. D’autant plus en soulignant les mots qui gênent. Imaginons que je m’amuse à citer les trois sourates qui dérangent en appuyant sur les mots qui gênent: ignorance, mépris, préjugé… Mais si l’on fustige l’arrogance de l’occidental, tout est bien, c’est de toutes façon un infernal salaud qui rêve de coloniser le reste du monde….
    Oui, bel maturité…

    Maintenant, je commence à me demander qui a le plus la haine de l’autre, entre l’occident et l’orient et autant je déteste les divisions aussi artificielles. en lisant les messages sur ce site, je vois un mépris incroyable pour l’occident dit décadent, qui pourtant ne cesse de se critiquer et une complaisance incroyable pour ce qui se passe ailleurs.
    On oscille entre les pauvres tiers-mondistes humiliés et la gloire des cités des Pétro-dollar, on mélange un peu de question palestinienne, comme si cette bête querelle géo-politique était un affrontement de civilisation, mais ça fait pleurer dans les chaumières, et on ne cesse de prétendre à une ignorance crasse de l’occident, comme si tous le monde lisait Platon en Afrique ou le Tao en Inde…
    Bref… Si tous le monde mérite d’être critiqué, reste à contextualiser cette critique et ne pas utiliser un fanion de plus pour augmenter la haine.
    Encore un dernier mot: l’Europe, grâce à Foucault, Bourdieu, Deleuze, Derrida et d’autres dont CLS qui ont initié une tradition critique radicale, ne cesse de remettre en cause ses principes même et d’interroger le comment, le pourquoi, l’histoire et le présent, sans concession.

    Je ne parle pas de politique, je parle d’idées. En politique, je connais peu de leader valables dans aucune société. Au début du siècle, en turquie, au liban, en Egypte, la société évoluait à une vitesse incroyable. Je dis pas vers un mieux ou un pire, je dis que le monde bougeait. Aujourd’hui, partout, les préjugés remontent. Comme si la haine de l’Orient n’était pas doublée par la haine de l’Occident, comme si vous et moi étions adversaires, comme si nous ne devions pas lutter contre les marchands de haine…

  33. @ briseur d’idoles, :) ))))))) Merci pour ce long rire !
    J’ai adore particulièrement ce passage :
    « Toute la civilisation francaise ressemble à un village de paysans comparée aux monarchies pétroliéres du Golf Persique que les occidentaux jalousent tellement. »

    T’es sérieux ?!!!

  34. Briser les idoles désigne l’acte courageux de celui qui décide de rompre avec l’erreur du plus grand nombre.

    Dire que cet homme est un savant, c’est ridicule ! S’etait-il déjà demandé pourquoi tant de personnes se convertissent à l’Islam en occident ?

    Le judaisme et le christianisme ressemblent à des sectes arcaiques comparés à la noblesse et à la grandeur de l’Islam.

    « Guerre à mort avec le Vatican ! Paix et amitié avec l’Islam !…  » Ainsi le voulut Frédéric II, ce grand esprit libre, un génie parmi les empereurs allemands.

    Christianisme et alcoolisme — les deux grandes causes de corruption… En somme il n’y a pas de choix entre l’Islam et le christianisme, tout aussi peu qu’entre un Musulman et un Juif. La décision est prise ; personne n’a la liberté de choisir. Ou bien on a de la noblesse, ou bien on n’en a pas…

    Les juifs et les chrétiens ont détruit en Europe la culture antique, et aujourd’hui, ils essayent de détruire la culture islamique.

    La merveilleuse civilisation musulmane, au fond plus proche du romantisme greco-romaine, parlant plus au sens noble et au goût rafiné, est foulée aux pieds… Pourquoi ? Parce qu’elle a pour origine des instincts aristocratiques, des instincts vertueux et chevalresque, parce qu’elle dit oui à la vie, avec en plus, les exquis raffinements de la vie musulmane.

    Les ignorants ont toujours combattu quelque chose devant quoi ils feraient mieux de se prosterner dans la poussière.

  35. Ca, c’est ce qu’on appelle dans le jargon un troll bien poilu… DFTT(don’t feed the troll)

  36. @Un Briseur d’Idoles: « S’etait-il déjà demandé pourquoi tant de personnes se convertissent à l’Islam en occident ? »

    Bonne question. Et la réponse la plus honnête (sans faire de démagogie a 2 balles) est qu’il peuvent se convertir en ce que bon leur semblent.

    Revient me parler lorsque les gens pourront se convertir en toute liberte en « Orient », et on comparera les « Occidentaux » qui se convertissent a l’Islam et les « Orientaux » qui y renoncent.

  37. @ briseur d’idoles
    Ben non, Levy-Strauss ne s’est jamais posé la question. Déjà, en 1950, je pense qu’il s’en foutait éperdument. La religion n’est pas vraiment sa préoccupation. Plutôt les structures narratives et sociales qu’on peut y trouver. Mais bref…
    Après, sur tes deux interventions, je ne vois que haine, orgueil et préjugé. Et je mettrai tous tes mots l’un après l’autre en regard de ce que tu critiques.

    « Christianisme et alcoolisme — les deux grandes causes de corruption… En somme il n’y a pas de choix entre l’Islam et le christianisme, tout aussi peu qu’entre un Musulman et un Juif. La décision est prise ; personne n’a la liberté de choisir. Ou bien on a de la noblesse, ou bien on n’en a pas… »

    Tu te rends comte de ce que tu écris ou tu provoques gratuitement juste pour qu’on s’énerve? Et explique-moi en quoi le clergé catholique est plus corrompu que le clergé musulman, après on en reparle…
    Si ta noblesse est de provoquer la haine et le préjugé, je n’en veux pas…

    Ah, aussi, en quoi le monde musulman est-il héritier exclusif des grecs? Pq les latins, je vois pas… ( en passant, pour maroc-un Taxila, il faut remonter au monde hellénistique, à la suite des conquêtes d’Alexandre jusqu’à l’Indus, qui ont apporté entre autre la statuaire grecque au moyen-orient, c’est juste de l’histoire….)

    Après je vais être agressif moi aussi. Mais j’aime me faire taper faut croire.
    Quel fondateur de religion manie une épée au cours de sa prédication?
    Quel texte religieux, actuellement, refuse la critique linguistique comme la traduction, pour des raisons évidentes d’autorité? (jeune vierge-raisins blancs)? Sans parler de la critique historique puisque je compte au moins trois versions différentes de l’écriture de son texte fondateur? Et une petite source académique facile à trouver pour qu’on ne croie pas que je parle dans le vide… http://classiques.uqac.ca/classiques/gaudefroy_demombynes_maurice/mahomet/mahomet.html
    Pour dire, j’ai lu Khaldun, Battuta et d’autres, je me suis tapé une bonne année d’islamologie, je ne suis pas religieux mais je pense que tout phénomène social doit être soumis à la critique froide.
    Parler du haut de ta suffisance ne fait que renforcer mes préjugés.

    Merci à ceux qui écrivent qu’il est trop facile de s’offusquer et qu’il faudrait mieux s’interroger.
    Personnellement, je me demande ce que l’occident a pu faire pour provoquer autant de haine aveugle, et ne me jetez pas la faute de mes ancêtres, je cite ma grand-mère, 80 ans, née dans une région où le catholicisme est une maladie, et qui soutenait alors les missionnaires colonialistes en Afrique:
    « On a cru bien faire, mais si on avait su… »

  38. http://www.dailymotion.com/video/xb2b4e_shoananas-hebdo_fun

  39. L’islam n’est pas une religion mais une secte satanique qui a réussi.

  40. pour écrire « mon combat » Hiltler c’est inpiré du coran

  41. Pourquoi « le triste tropisme » au lieu du titre « triste tropique » ?
    Le titre est d’autant moins propice que l’auteur du blog n’a fait que livrer des extraits, dont il souligne , certes, les passages qui lui paraissent « importants », du livre « triste tropique » .

    Commentaire d’Ibn Kafka: quelqu’un pourrait-il lui expliquer? Je ne vais pas commencer à commenter mes propres écrits…

    Sinon, pour info, en province, j’ai quelques 3 librairies , elles n’ont plus aucun exemplaire de « triste tropique ». Tout est parti dans la semaine après le 30 octobre. Elles attendent une re édition la semaine à venir, dans le meilleur des cas .

  42. Je pense que pour aller au delà de ce qu’a ecrit cet homme qui est qui est fort édifiant quant à sa vision de l’Islam, je crois que le problème plus large est celui de la tradition et comment est ce que les hommes les appliquent. C’est un problème universel qui touche tout le monde entier.

    Je vous invite à lire l’article traditions torturées sur http://www.restonscalme.wordpress.com dont j’ai collé quelques lignes ici bas:

    Bien qu’elles aient leur utilité, les traditions ont un aspect pervers lorsqu’elles sont maintenues pendant plusieurs générations. Avec le temps, les raisons qui jadis nécessitaient la mise en place des traditions deviennent de moins en moins évidentes pour ne pas dire complètement désuètes. La force avec laquelle les traditions furent implantées, la rigueur avec laquelle elles furent maintenues ont fait que les gens ont fini par s’identifier à ces traditions sans réellement en saisir la portée ou la signification.

    Le système et la famille leur a tellement inculqué l’obéissance à la tradition que ce qui compte pour eux n’est plus d’être ce qu’ils sont mais d’avoir l’impression de vivre dans les traditions ancestrales par respect pour ce qui leur a été enseigné. Tout ou presque ce qu’ils font est soumis mécaniquement et hypocritement sans qu’ils ne s’en aperçoivent à ces traditions. Leur vie ne tourne plus qu’autour d’elles.

    S’étant complètement identifiés aux traditions, il devient impossible pour eux de s’en défaire. Si quelqu’un vient toucher à ces traditions ou les enlever, cela se traduit par une atteinte à leur vie. Ils ont remplacé ce qu’ils étaient par les traditions. Ils ne sont plus rien sans les traditions. Il n’imagine pas qu’ils seront quelque chose en dehors des traditions. Même s’ils ne les ont jamais respectées, ils veulent néanmoins être sous le parapluie de celles-ci.

    C’est ainsi qu’ils se sentent bien car il leur a été enseigné qu’ils seront heureux, respectés et feront la preuve de leur grandeur et de leur honneur en adoptant ce style de vie. Ce n’est que dans le respect de ces règles qu’ils voient leur bonheur. Une autre vision de leur bien-être peut leur être proposée avec mille autres avantages, cela ne fera aucune différence. Ils ont dans la tête quelque chose et pour rien au monde, ils ne veulent s’en éloigner. Aucun d’entre eux ne respecte ces règles mais tous s’en réclament. Ils s’y accrochent sans plus sentir la profondeur d’être que demandait le respect de ces traditions. Il leur manque l’esprit dans lequel celles-ci devaient être appliquées.. Les traditions ne sont plus que des règlements. Tout autour d’eux et tout en eux crient qu’ils ne comprennent plus rien à leur propres traditions, qu’ils n’ont pas les moyens spirituels de les saisir, qu’ils souffrent de celles-ci et qu’ils jouent les hypocrites quant à leur application mais en dépit de toutes ces évidence, ils préfèrent néanmoins mettre le manteau des traditions quitte à se faire souffrir et à faire souffrir leur entourage.

  43. A celui qui se prend pour l’intendant de ce blog qui ne lui appartient pas :

    « Tristes Tropiques » au pluriel et non « Triste Tropique » au singulier !

    Sinon « Tropisme au lieu de Tropiques », je pense que l’auteur de ce blog veut signifier qu’il s’agit d’un organisme qui s’oriente par rapport à un agent extérieur, comme par exemple le tropisme des tournesols vers le soleil…

    Si tu veux jouer au correcteur de ce blog, il faut au moins être modeste et surtout irréprochable !

  44. Moi: Merci! En fait, c’est dans le sens suivant que j’entendais le mot tropisme: « Le mot désigne en biologie une réaction d’orientation causée par des agents chimiques ou physiques. Il est passé dans l’usage littéraire en parlant d’une force obscure, inconsciente qui pousse à agir d’une certaine façon (1914, André Gide) et a fourni à Nathalie Sarraute le titre d’un roman Tropismes (1939), avec l’idée de « réaction psychologique élémentaire peu exprimable ». »

  45. @IK « Commentaire d’Ibn Kafka: quelqu’un pourrait-il lui expliquer? »

    Désolé, mais je n’ai pas ton QI. Je ne suis pas suédois non plus pour atteindre ton degrés de tolérance.
    Le titre me semble porteur d’aucun message en rapport avec les extraits( ne m’étrangle pas, j’ai dit « me semble ») .
    C’est la définition même de « tropisme » qui ne colle pas avec le titre de ton billet. En quoi la définition qui a trait à la botanique, ou encore « tendance incoercible et inconsciente (chez quelqu’un à faire quelque chose)  » peuvent correspondre aux extraits que tu cites ? à moins que tu ne t’es inspiré d’un sujet portant le même titre : il y’en a mais correspondent bien au sujet.
    Chez LS, ou du moins dans « triste tropique », il n’y a pas de réaction en réponse à un stimulus particulier ( chez les animaux et les végitaux, explique t-on). A moins que ce ne soit une remarque d’usage teintée de dérision. Mais là encore je ne vois pas en quoi la dérision est justifiée dans ce que tu soulignes en caractères gras ou les extraits choisis! .
    Ton caractère méprisant – rien à envier à ceux que tu dénonces. Mais Ben Ali et les autres, ont au moins des circonstances atténuantes : ils ne sont pas suédois, eux, contrairement à toi – trouve son explication, en partie, dans « triste tropique » qu’il convient de méditer et lire avec lucidité au lieu de le souligner pour être tropisme :
    « N’est-ce pas l’image de la civilisation musulmane qui associe les raffinements les plus rares …servant de couverture à la rusticité des moeurs et à la bigoterie qui imprègne la pensée… »
    Peut-on voir dans tes billets une illustration de « triste tropique » ? : « Le foisonnement de billets, sur tous les sujets, très fournis en bibliographies diverses, … , n’est-ce pas une couverture à la rusticité et à la bigoterie qui imprégne ta pensée … »

    Ou encore , ce qui corrobore le mépris affiché dans ta réponse «  Sur le plan moral, on se heurte à la même équivoque d’une tolérance affichée en dépit d’un prosélytisme dont le caractère compulsif est évident. »

    Notons le « Tolérance affichée » et « caractère compulsif » .

    Ou encore : « Plutôt que de parler de tolérance, il vaudrait mieux dire que cette tolérance, dans la mesure où elle existe, est une perpétuelle victoire sur eux-mêmes. »

    Notons le «  dans la mesure où elle existe … est une perpétuelle victoire sur eux[lui-même]-mêmes.,» .
    Et si je dis « Commentaire d’Abdel: quelqu’un pourrait-il lui[IK] expliquer? » cela aurait un sens.

    Jamais je ne me suis précipité pour aller chercher un livre dans une librairie sans attendre qu’il me soit livré par une commande en ligne. C’est qu’il interpelle. Et la lecture de ton blog, n’est que le résultat de la curiosité et la suspicion qu’il m’inspire. Il me permet surtout de mieux comprendre que chez nous, on peut être un convaincant defenseur d’une cause, et épouser son contraire. Le makhzen ne fait pas autre chose, il n’a jamais dit qu’il était anti démocrate, il a tout ratifié. Et pour peu qu’on dise qu’n billet est puéril, on a droit à une rancune indélible . Ton attitude est à l’opposé de ce que tu défends : la liberté d’opinion – qui suppose qu’on n’a pas à subir la rancoeur provoquée par cette opinion – , la tolérance, la justice, la vérité …

    Je compte sur ton courage légendaire pour publier ce droit de réponse.

  46. @moi

    « A celui qui se prend pour l’intendant de ce blog qui ne lui appartient pas : »

    Je ne me prends pas pour l’intendant du blog, je me pose des question sur le message du titre.
    Et pour ton info, ce blog et les autres appartiennent à tous ceux qui le lisent. Il n’est pas fait par l’auteur pour l’admirer dans sa solitude.
    Il est publié pour être lu et commenté, sinon, il aurait fermé les commentaires.
    En revanche, tu devrais faire un tour , pour trouver la définition de la liberté d’expression et d’opinion, au lieu de m’apprendre ce que je sais déjà : mon interrogation sur le sens du titre, est elle même porteuse de réponse que je connais le sens du mot.
    Tu devrais également apprendre la différence entre une coquille et une faute d’orthographe.

  47. @IK : « Moi: Merci! En fait, c’est dans le sens suivant que j’entendais le mot tropisme:… »

    Un comble, IK, tu es sûr d’être ce que tu défends ? Qu’est-ce qui a fait que c’est « moi » qui a droit à une réponse sur l’interrogation que je me suis faite, pendant que j’étais envoyé dans mes 100 m avec mépris ?
    « Moi », au contraire, il dit savoir.
    Tu ne deviens pas Naciri ?
    C’est me taper dessus qui t’a plu chez lui ? Belle maturité , IK.

  48. @Moi,
     » je pense que l’auteur de ce blog veut signifier qu’il s’agit d’un organisme qui s’oriente par rapport à un agent extérieur, comme par exemple le tropisme des tournesols vers le soleil… »

    Cette perle m’a échapé. Et quel est l’agent extérieur par auquel s’orientait LS ?

  49. Abdel: quel art de la projection, et quelle rancoeur, tout ça pour t’avoir contredit il y a un an ou deux dans un commentaire chez un autre blog je crois, sur un sujet que j’ai oublié depuis belle lurette… Je te les laisse de bon coeur, et j’espère que ton absence de compréhension du terme tropisme t’incitera à approfondir tes saines lectures…

    « Et pour ton info, ce blog et les autres appartiennent à tous ceux qui le lisent. Il n’est pas fait par l’auteur pour l’admirer dans sa solitude« .

    Je te laisse l’admiration et la solitude, mais je garde ce blog, merci…

  50. Bonjour à tous,
    Bonjour Ibn Kafka,

    J’aime bien ce blog parce qu’il tire habituellement avec talent sur les politiciens, les faits et les situations qui me déplaisent et m’irritent.
    Une fois n’est pas coutume, je trouve que ce post sur Lévi-Strauss est totalement malencontreux. Je trouve le procédé indigne. Quand à certains commentaires ici, ils ne font que (ironiquement) confirmer ce que disait Lévi-Strauss.

    Quelques uns (je pense surtout à Yves Glass), se sont donné la peine d’interventions construites et argumentées. D’autres se contentent de cracher. Dommage.

    Une dernière chose à toi Ibn Kafka, il figure sur ta page un lien (« contre enquête sur les mythes français » je crois) qui renvoie vers un site qui distribue allégrement les mauvais point. De nos années 2000, s’installer confortablement et traiter celui ci d’islamophobe, l’autre de xénophobe est simplement ridicule.

    On dirait que certains d’entre vous qui s’expriment ici (des arabes ? des musulmans ? des arabo-musulmans ? des marocains ? des excités ?) se posent en « régleurs de comptes ». La version moins gentil est « chiens de garde ».

    Je le regrette.

  51. @ik : « …ton absence de compréhension du terme tropisme t’incitera à approfondir tes saines lectures… »

    Tes ecrits sont sain(t)s ! si tu le dis !( je te lis ).

  52. Abdel: dans ton cahier de textes, tu peux noter les mots saines et saintes après tropisme, à recopier vingt fois.

  53. IK : « Abdel: dans ton cahier de textes…mots saines et saintes après tropisme, à recopier vingt fois »

    Tes écrits prophétiques valent bien le « saint » . Tu me fais l’effet d’un petit écolier qui vient d’apprendre un mot et apostrophe les grands ! ( je te conseille de lire « les mots » de Sartre, un autre malsain, tu y apprendras à grandir. Tu ne sembles pas l’avoir lu ou alors tu ne l’as pas saisi).
    Tu souffres clairement du syndrome du «IK knows best». Je te comprend, tu as été acteur de tous les grands événements – Sarko n’a qu’à bien se tenir – : la mort du Roi Hassan2, la chute du Mur …,
    Essaye de faire un effort , au lieu de régurgiter, tel un petit élève appliqué, tes accumulations.

    On n’a pas le même vécu jeune homme, je ne suis pas sorti des riches quartiers – si j’en crois tes dires – . Je me suis fait tout seul. Je m’occupais déjà des choses qui font le monde – que [ les choses] tu ignores , sinon tu comprendrais telle ou telle prise de position, diplomatique, du Maroc , pour ne parler que de lui – quand tu étais encore un écolier en stage (j’ai l’impression que tu es tjs en stage, tu ne sembles pas connaître la vie , tu parles tjs de papa , Maman …) . Je ne me fais pas d’illusion : enfermé dans tes certitudes , tu ne comprendras pas ! bcp s’y sont cassés les dents avant moi, et ont abandonné de te commenter.
    Tu te plains d’avoir des tocards en face – ce n’est que de leur faute – : si tu continues de voir ce qu’ils écrivent avec des lunettes saintes, tu n’y verras que des mécréants malsains !.
    Et puis tes tentatives de découragement psychologique par le rabaissements ne sont que le reflet d’une énorme faiblesse .Faute de pouvoir être constructif et convaincant par la réflexion, tu te dresses justement contre la réflexion, par le rabaissement. C’est en cela que « tristes tropiques » ( avec un s, pour éviter les diversions! » est riche si tu te donnes la peine de le lire et le comprendre en toute lucidité.

    Enfin, il y a une différence fondamentale entre « la quête de la compréhension rationnelle  » et « la quête de satisfaire son égo », je suis dans la première, la preuve : je lis ce que tu ponds, en faisant abstraction du personnage . Je ne suis pas un féru de la politique marocaine, je te lis pour cela en particulier, et notamment ta biblio. ( pour le reste , clairement : no comment ). Pour ton info , même la mort de Hassan 2 je n’en ai pris connaissance qu’une semaine plus tard. Je ne me sentais pas concerné d’ailleurs. J’étais plutôt embourbé dans la problématique que poserait le passage à l’an 2000 et le passage à l’euro.
    Contrairement à toi, je me fou totalement de te voir rabaissé ou pas[ c'est peut-être pour cela que LS m'interpelle, entres autres – Montesquieu enchante également dans le même registre - ]. Satisfaire mon « Moi » ? Non, j’apprends à m’en détacher le plus possible, je sais ce qu’il peut me couter car je travaille Monsieur; et mon travail ne supporte pas de voir les choses au travers ses tripes ou portant des lunettes déformantes ( déformant ici est un adjectif, et non un participe présent. Qu’est ce qu’on ne fait pas pour que tu comprennes ! ), le résultat en est immédiat et peut être désastreux
    Re enfin, c’est terrible de devoir faire dans la longueur et tout expliquer, quitte à faire perdre au commentaire, sa lisibilité.

  54. J’ai l’impression d’être un psychanalyste écoutant un patient allongé sur un divan – tout ces complexes qui te remontent à la surface parce que je t’ai contredit une fois sur un autre blog… Impressionnant. Ceci étant, trouve-toi un autre divan, j’ai assez donné comme ça…

  55. IK : » J’ai l’impression d’être un psychanalyste écoutant un patient allongé sur un divan – tout ce complexes qui te remontent à la surface parce que je t’ai contredit une fois sur un autre blog…j’ai assez donné comme ça… »

    Hilarant ! Calirement tu fais dans la projection. Tu es juste incapable de répondre sur le fond. Et Comme d’hab. tu fais appel au aux pirouettes et rabaissement.
    Je t’ai répondu sur ton terrain, Maître.
    Régurgiter et faire preuve de grandes réflexion n’est pas pareil. Tu ne dureras pas IK, j’en ai la certitude. Souviens en toi. Tu es trop limite. Ecolier apliqué , certes, mais surtout pas un homme de débat, de tolérance et de réflexion.

    Clairement tu ne tiendrais pas si c’était un débat de vive voix, tu t’écroulerais vite.
    Sur ce , bonne journée, l’homme de tous les métiers, dont analyste d’âme , à titre gracieux ! je retourne à mon travail.

  56. Pour rabaisser quelqu’un, encore faut-il qu’il soit à un degré d’élévation…

  57. je viens juste d’attaquer la lecture de Tristes Tropiques,et donc suis assez loin des fameuses pages que vous citez sur l’islam.A mon avis , C.L.Strauss , en bon hegelien , a une conception assez étriquée de l’islam et partant de son Art.
    Mais pour faire bonnes mesures , il ecrit que »je retrouve en lui l’univers d’où je viens « .En face , d’où il vient c’est le judaisme qu’il a répudié tôt .
    La critique ne signifie pas forcément racisme car alors il aurait raison de nous reprocher notre intolerance .Je prefere mettre les critiques deCLS
    sur le compte de son ignorance car ne beneficiant pas de l’illumination divine il ne pouvait avoir
    d’autres reflexes d’occidental pétri d’hegelianisme
    que celui d’avoir peur de l’autre ……que le structuralisme en fait un crédo

  58. Ik : « Pour rabaisser quelqu’un, encore faut-il qu’il soit à un degré d’élévation… »

    Rabaisser quelqu’un s’,entend le dénigrer . On ne parle des soldes !

  59. @ « un briseur d’idoles »

    Quand vous dites: « Le judaisme et le christianisme ressemblent à des sectes arcaiques comparés à la noblesse et à la grandeur de l’Islam. »… on dirait du Lévi-Strauss traitant de l’islam… sans le talent littéraire.

    Le problème quand vous posez ce genre d’assertions haineuses et péremptoires, c’est que vous donnez du grain à moudre à ceux qui comme Lévi-Strauss jugent que « les musulmans » ne supportent pas l’altérité religieuse.

    Et s’il est vrai comme tu le dis que la civilisation musulmane « dit oui à la vie, avec en plus, les exquis raffinements de la vie musulmane. », dépense aussi une partie de ton énergie aux thanatocrates qui se réclament de cette civilisation tout en ne prêchant que la mort pour tous ceux qui ne leur ressemble pas ou crachent sur le vivre ensemble ici-bas car ils ne regardent que vers l’au-delà. Ca s’appelle la thanathophilie, une pulsion de mort comme une pulsion de vie…

  60. Les réactions des musulmans aux propos de Claude Levi Strauss, sur ce site, sont les meilleurs témoignages de sa pensée. Oui l’Islam est intolérant. C’est politiquement incorrect de le dire, mais c’est tellement vrai.

  61. J’aime bien ce genre de débat en général mais on en revient toujours au même probléme, qui est à la base de tant de troubles : chacun défend sa position , parce que c’est la sienne et donc la meilleure, et si c’est la meilleure alors elle mérite d’être défendue etc…
    Du haut de mon ignorance il y a quand même certains faits que je connais et qui à mon avis ont préparé des siècles et des siècles d’oppositions: l’agressivité ORIGINELLE de l’Islam, et son cortège d’imprécations, de menaces.Dès les débuts de l’Islam les musulmans ont agressé l’Occident, l’Inde.Je crache sur les malheurs que l’Occident a causé comme je crache sur ceux que l’Islam a causé lui-aussi.
    L’éternel charabia du genre  » les musulmans ont peut-être occupé l’Espagne pendant des siècles MAIS… » m’ont toujours sidérés.La lucidité est une des plus grandes qualités qui soient mais elle est si facilement  » viciable » que c’en est à pleurer.Mon « tropisme » personnel, inconsciemment, me poussera toujours à aller dans le sens de ce et ceux qui ont fait l’Europe, l’Occident, la modernité et ses valeurs, mais toujours aussi dans les limites du respect d’autrui.
    On ne peut pas constamment répondre » Oui mais… » quand on est critiqué ou même attaqué sur des faits ou des idées qui, à un moment ou l’autre, ont ignoré les droits d’autrui.C’est la base ( ce devrait être la base…) de tout comportement humain, ne fais pas à autrui……….
    Est-ce-qu’au fond l’Islam n’est pas depuis toujours en guerre avec l’occident et le christianisme parce que ceux-ci ne sont pas l’Islam ?

  62. Lévi Strauss a au moins un mérite: quand il énonce une opinion, il signe.
    André Sauge

  63. Il y a une grande part de vérité dans ce qu’il a écrit. Pourquoi refuser la critique d’un étranger ? Il faut accepter de se voir tels que nous sommes en terre d’islam…
    Mais sommes-nous prêts à accepter nos travers et notre médiocrité ?
    Pour vous, nous sommes les meilleurs sur tous les plans!

  64. en 1950 ca s appelait encore L orientalisme,il fallait comprendre l histoire la geo la religion les coutumes d 1 espace qui va du maroc a l indonesie.le resultat?mais bon ,il parait qu apres l apparition du bouquin d ed said on peut lire des choses plus consequentes sur l »islam »

  65. Islam et psychanalyse dans la culture arabo-musulmane : La psychologie autour du monde = Islam and psychoanalysis in the arab-islamic civilization : Psychology around the world
    Auteur(s) / Author(s)
    CHAMOUN M. (1) ;
    Affiliation(s) du ou des auteurs / Author(s) Affiliation(s)
    (1) U.SJ, rue de Damas, BP. 17-5208 Mar Mikhael, Beyrouth 1104 2020, LIBAN

    Résumé / Abstract
    La résistance à la psychanalyse, dans l’univers arabo-islamique, tient à l’oblitération par le fait religieux, la fixité du dogme et l’impossibilité d’interpréter le texte de la Loi, qui aboutit à la passivation du sujet en tant que liberté. Elle tient également au statut de la femme et d’une sexualité exclusivement androcentrique ; au sens ténu de la culpabilité et de la faute, organisateurs de la vie psychique ; à la fascination des peuples musulmans par les régimes autocratiques et dictatoriaux liée à une conception théocratique de la société, qui réduit toute perspective de démocratie, condition essentielle pour l’établissement et la pratique de la psychanalyse. Anthropologiquement, le problème est articulé à une reconnaissance formelle et pratique des droits de l’homme.
    Revue / Journal Title

  66. [...] Claude Levi-Strauss, anthropologue ayant lutté toute sa vie contre une vision universaliste du monde et ayant [...]

  67. allez voir le site http://www.islam-documents.org
    pour avoir un aperçu des origines de l’islam, en presque 5000 pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :